Rachis lombaire

Hernie discale au niveau du rachis lombaire

La hernie discale du rachis lombaire est une des maladies qui conduisent le plus souvent à une incapacité de travail. En cas d’hernie, la douleur aiguë arrive “d’un seul coup”, de façon typique, et peut accompagner tout mouvement comme par ex. mettre ses chaussettes ou même se lever. De nombreux patients souffrent auparavant, de quelques jours à plusieurs semaines, de douleurs dorsales diffuses ou de “tour de reins”, ce qui peut être un signe de dégénérescence du disque.  Avec l’apparition de la hernie, les douleurs évoluent souvent brutalement et une douleur comparable à une décharge électrique se diffuse dans la jambe. La plupart du temps, on a aussi des fourmillements ou un engourdissement et une faiblesse musculaire. Le traitement d’urgence fait généralement appel aux médicaments et/ou à la physiothérapie.  Lorsque des faiblesses musculaires importantes, des troubles sphinctériens, d’incontinence d’urine ou de selles et un engourdissement dans la région du pubis et de l’anus apparaissent, un diagnostic urgent par IRM s’impose.  La plupart des hernies n’ont pas besoin d’être opérées de prime abord, sauf si elles provoquent les symptômes décrits ci-dessus. Si les douleurs et/ou la faiblesse musculaire persistent sur une longue période, il faudra envisager une opération. Les injections couramment pratiquées aujourd’hui sur le nerf ou autour du nerf (thérapie périradiculaire) doivent être considérées comme traitement de la douleur. Si on n’obtient pas de résultat, il faudra ici aussi envisager sérieusement une opération.

Cependant, si une hernie est très importante et/ou si elle s’est dispersée dans le canal vertébral, un traitement chirurgical sera inévitable. On dispose encore ici de différentes méthodes chirurgicales, de l’intervention endoscopique la moins invasive à l’opération microchirurgicale.

Imagerie par Résonance
Magnétique (IRM) :Hernie discale lombaire

Rétrécissement osseux du canal spinal (sténose du canal vertébral)

Cause :
Des dégénérescences des disques et de l’articulation des vertèbres qui en découlent, peuvent provoquer la formation d’excroissances le plus souvent osseuses qui apparaissent au cours des années et rétrécissent finalement le canal vertébral et/ou les foramens . Un surmenage au cours de la petite enfance peut également provoquer une dégénérescence plus importante que celle qui est due à l’âge.  On a parfois aussi  un léger glissement de la vertèbre vers l’avant qui peut entaîner un rétrécisssement supplémentaire. La plupart du temps, plusieurs étages de la colonne vertébrale sont concernés, le plus souvent les segments L3/4 et L4/5.

Les symptômes :
Les symptômes de la sténose du canal vertébral apparaissent souvent insidieusement avec un mal de dos qui survient à la suite d’un surmenage de longue durée ou d’une marche et d’une station debout prolongées. La station assise est la plupart du temps ressentie comme un soulagement tout comme l’inclinaison du buste vers l’avant. Les symptômes augmentent la plupart du temps lentement mais de façon continue. A un stade avancé, la marche est restreinte, parfois même à quelques pas. A côté du mal de dos,une sentation de fatigue et/ou d’engourdissement est ressentie dans la jambe ou le pied, souvent des deux côtés. Enfin, se retourner la nuit dans son lit devient douloureux et le sommeil est perturbé. Contrairement à la hernie discale qui commence la plupart du temps soudainement et qui provoque souvent des paralysies, les paralysies pour cette sténose n’apparaissent que très tardivement. Le plus marquant, c’est la réduction de la mobilité et les douleurs qui viennent toujours s’ajouter et qui peuvent augmenter jusqu’à une “sensation de cassure” dans le  dos.

Diagnostic :
Le relevé soigneux des antécédents, l’examen clinique et notamment le recours à l’imagerie médicale, ici avant tout à l’imagerie par résonance magnétique (IRM), sont nécessaires pour pouvoir établir le diagnostic. La priorité du traitement sera de réduire la douleur ainsi que d’améliorer la mobilité.  Si, au début, la physiothérapie et les méthodes de la physiothérapie comme la chaleur et les massages peuvent être utiles, l’opération est la solution lorsque les douleurs et l’immobilité augmentent. Il existe aujourd’hui une grande variété de techniques de décompression dont certaines qui vont de pair avec une stabilisation importante et nécessaire de la colonne vertébrale.

J’ai également mené pendant des années un travail scientifique pour développer une technique qui permet d’élargir avec précaution le canal vertébral et les foramens. Contrairement à d’autres procédés habituels (laminectomie), j’évite une déstabilisation (affaiblissement) de la colonne vertébrale grâce à  la technique microscopique.  Je n’enlève soigneusement que les parties qui appuient sur les structures nerveuses et naturellement, je traite aussitôt toutes les hernies existantes. J’ai appris par expérience qu’il ne pouvait y avoir de succès à long terme que si toutes les sténoses avaient été supprimées.  C’est pour cette raison que l’opération de plusieurs segments peut être parfois nécessaire. Le grand avantage de ma méthode, c’est que le patient peut se relever dès le premier jour. Des études ont montré qu’une mobilisation précoce était propice à la guérison et à la régression des symptômes. Cependant, les nerfs qui ont été parfois compressés pendant plusieurs années ont besoin de temps pour se régénérer, et cela peut parfois durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Imagerie par Résonance

sténose spinale (flèches), l’espace restant flèche verte

 

IRM dans la vue sagittale: épinière normale flèches vertes

 

 

 

 

 

Seite drucken


Comments are closed.